• Julie G

Collectionneurs vs Accumulateurs (partie 1)




Pas toujours évident de faire la différence entre les deux tant parfois les frontières sont minces. Un petit tour d'horizon et des éléments de réponse dans les lignes qui suivent avec la partie 1 sur les collectionneurs, et la partie 2 (dans un prochain post) sur les accumulateurs.


Les collectionneurs : de vrais amateurs


La collection se définit comme l'"action de recueillir, de rassembler" et "ce qui est recueilli ensemble".


Selon le Dictionnaire de Psychologie (2005), la collection est définie par le concept de catégorisation, soit une "action ou opération mentale, explicite ou implicite, consistant à organiser des données perceptives ou lexicales, etc. (collections) en catégories ou classes définies par certains critères. Insertion d'éléments dans des catégories ainsi formées".


La collection est donc à la fois un tout et constituée d'éléments juxtaposés qui gardent leur individualité et qui sont regroupés parce qu'ils ont certains points communs. Elle est le fruit de choix successifs effectués dans une intention particulière et est vue comme un "ensemble non fini d'objets réunis par un amateur, en raison de leur valeur scientifique, artistique, esthétique, documentaire, affective ou vénale".


Comment reconnait-on un collectionneur ?


La collection est le plus souvent fortement reliée à l'enfance et a une valeur émotionnelle. Il semble que pendant l'enfance, il se déroule une période pendant laquelle l'enfant va avoir tendance à collectionner différentes choses en fonction de sa personnalité et de ses intérêts, ce qui est une façon de s'approprier le monde qui l'entoure. Et parfois, cela se mue en une véritable passion qui s'installe et perdure à l'âge adulte. Il est même possible de changer son objet de collection ou encore d'être multi-collectionneur. J'ai tenté de vous regrouper en différents aspects ce qui caractérise un collectionneur.

  • Un besoin fondamental : animé par ce qui se rapproche d'un besoin élémentaire comme le fait d'assouvir sa faim et poussé par le désir presque existentiel et spirituel : une forme de nourriture de l'être, de l'âme qui est le reflet de leur personnalité, de leurs goûts et de leurs aspirations. Ils savent ce qu'ils veulent dans la vie.

  • Des émotions positives : celle de l'excitation de la "chasse", de la recherche, de la découverte, de trouver les choses et d'acquérir des informations. Ils peuvent ressentir un plaisir par anticipation et se délecter de ce qu'ils vont bientôt avoir en se représentant mentalement l'objet dont il est question. Il y a aussi l'esprit de camaraderie ponctué d'échanges et de partages autour de la collection : bien qu'ils existent des "collectionneurs placard" plutôt introvertis qui préfèrent garder leur collection pour eux, il y a aussi les "collectionneurs vitrine" qui aiment à partager et parler de leur collection. Les collecionneurs ressentent aussi de la satisfaction dans le fait de regarder leur collection et dans l'accomplissement de ce qu'ils parviennent à rassembler.

  • La passion, l'intérêt : pour un sujet, un thème... (cela peut chuter lorsque la collection est terminée). Ils sont emprunt de curiosité et peuvent parfois nourrir plusieurs collections, avoir des goûts variés qui évoluent. Cette dynamique positive leur fait acquérir de la connaissance et ils peuvent devenir de vrais experts car ils vont chercher des informations précises, spécifiques et spécialisées. Ils ont d'ailleurs souvent une bonne mémoire à court et long terme pour se souvenir des caractéristiques.

  • L'effort actif et l'ouverture : ils sont en recherche consciente et en veille active, hors les murs même (ils peuvent voyager loin parfois), et sont habités par une motivation intrinsèque et font leurs choix sur des critères personnels. Ils veulent trouver la pièce ou l'objet hors du commun ou difficile à obtenir et sont capables de déployer toutes leurs capacités et une grande énergie pour parvenir à des choses rares.

  • L'organisation : bien souvent les collections sont ordonnées, classées et organisées avec des informations référencées. Ils en prennent soin, entretiennent et maintiennent leur collection dan un bon état et la valorise : la montre, la revende...

  • La valeur : au fil du temps ils accumulent ces richesses, cette beauté tant en quantité mais aussi en qualité de part la rareté (qui peut contribuer à augmenter la valeur pécunière), l'ancienneté ou la diversité (provenance variée et diversifiée). Certains font même des spéculations financières.


Les limites de la collection


Les collectionneurs sont majoritairement motivés par des choses positives, mais pas seulement et pas toujours : il arrive que la collection dérape ou bien soit le reflet d'aspects moins joyeux.

  • L'insatisfaction : de ne pas savoir, de ne pas avoir... un brin de perfectionnisme qui se transforme en une quête permanente, obsédante et infinie pour compléter sa collection.

  • La nostalgie : la collection peut représenter un certain attachement au passé qui est perçu comme meilleur que le présent et motiver ainsi le désir de garder les bons souvenirs pour éviter qu'ils ne disparaissent. La collection agit alors comme un "souvenir sensoriel" qui ravive la mémoire positive qui y est associée.

  • L'anxiété : face au doute et à l'incertitude de la vie, la collection procure un sentiment de contrôle et de sécurité : elle permet l'espace d'un instant de se distraire des réalités en poursuivant des petits défis dans son monde privé.

  • La culpabilité : la passion est vive et l'envie irrépressible d'acquérir peut rentrer en conflit avec la raison : prendre la décision d'acquérir une nouvelle pièce a des implications très concrètes (sur l'espace et les finances disponibles, sur un projet de vie...) et peut engendrer un sentiment de culpabilité.

  • Les nuisances : sur son bien-être personnel avec l'"alternance de phases d'euphorie, d'allégresse et de phases de tension, de détresse, de doute, de culpabilité", mais aussi cela peut impacter la vie sociale et familiale : "cette passion est capable d'emmener certains vers la dévastation de leur vie entière : profession, famille, obligations et responsabilités sociales..."

  • Le collectionnisme* : la collection est parfois considéré par les professionnels de la santé comme une collection-traitement qui apaise certaines souffrances. Elle peut être un moyen d'attirer l'attention, de s'exprimer, de se montrer en réponse à un complexe d'infériorité et qui est motivé par un besoin de reconnaissance et d'approbation. Ainsi, la collection est une projection de son psychisme et une façon de se valoriser. Lorsque cela va au-delà et que le collectionneur perd pied avec la réalité, frise avec l'addiction, la compulsion et devient plus négative (voire pathologique) que positive, il est conseillé de se faire accompagner par des professionnels de la santé pour parvenir à sortir de cette situation et repartir sur des bases plus vertueuses pour son épanouissement personnel.

*Le collectionnisme (néologisme d'Henri Codet) est définit selon les éditions Larousse comme "le besoin pathologique de rassembler des objets hétéroclites inutiles et sans valeur marchande".


 

Cet article peut contenir des erreurs, imprécisions, manques...

Si vous en constatez et avez des éléments plus pertinents, référencés et documentés,

je vous invite à en faire part et elles seront rectifiées.

 

Sources :

https://www.cnrtl.fr/definition/collection

https://fr.wikipedia.org/wiki/Collection_(activité)

Psychopathologie des collectionneurs de Gérard Wajcman

Le collectionneur : Anatomie d'une passion, de Muenstenberger (1996), Payot

Why do people collect things (The psychology of collectors) de M.Farouk Radwan, MSc.

« Essai sur le collectionnisme », 1921 dans la Thèse de doctorat en médecine de Henri Codet

26 vues0 commentaire