• Julie G

Les achats d'impulsion, une source d'encombrement


Qui n'a pas déjà succombé à un achat d'impulsion ? Nous le faisons tous, de façon plus ou moins répétée selon chacun et il peut contribuer à l'encombrement de notre logement, à une moins bonne maîtrise de notre temps et de notre budget et aussi susciter des émotions négatives comme la culpabilité de l'avoir acheter par exemple.


Pour parvenir à limiter les achats qui ne nous apportent pas de réelle satisfaction ou qui ne sont pas utiles au quotidien, en clair qui ne sont pas essentiels à notre bien-être, je vous propose de prendre le temps de mieux comprendre ce qu'est l'achat d'impulsion, ce qui le favorise et aussi quelques pistes pour rectifier le tir dès maintenant.


L'achat d'impulsion a donné lieux à de nombreuses recherches et deux courants se distinguent :

  • le premier le décrit comme un simple achat non planifié

  • le deuxième l'explique comme une expérience complexe au niveau hédonique* qui donne lieu à des réactions affectives et cognitives bien spécifiques ("Le consommateur ressent un irrésistible besoin d’acheter quelque chose de manière immédiate. Cette impulsion est complexe au niveau hédonique et peut donner naissance à des conflits émotionnels. En plus, elle intervient souvent avec un regard diminué pour les conséquences." - D. Rook, 1987).


L'achat d'impulsion se définit par un "achat non prémédité avant d'entrer dans le point de vente et réalisé à la vue de l'article ou de ses conditions de vente" et se caractérise notamment par une décision affective réalisée sur le coup de l'émotion plus que sur un raisonnement rationnel, et d'une décision plus rapide avec des étapes de décision et un temps consacré à la prise de décision réduits.


Selon article publié dans la Revue Marocaine de recherche en management et marketing, on peut distinguer différents types d'achats d'impulsion :

  1. "l’achat impulsif pur : il représente une rupture par rapport aux habitudes de consommation du consommateur. Il répond à un besoin de nouveauté ou d’évasion.

  2. l’achat impulsif de suggestion : c’est un achat qu’effectue le client lorsqu’il se trouve pour la première fois exposée à un produit et qu’il imagine un besoin associé à ce produit. Ce besoin peut être tout à fait fonctionnel, alors que dans l’achat impulsif pur, la relation entre le produit et l’acheteur est considérée comme étant plutôt émotionnelle.

  3. l’achat impulsif de rappel : la vue du produit rappelle au consommateur une expérience antérieure qui le pousse à l’achat (stock bas à la maison, publicité, décision d’achat non réalisée dans le passé). À la différence du cas précédent, le consommateur connaît déjà le produit.

  4. l’achat impulsif planifié : le consommateur attend de se voir proposer une offre spéciale pour effectuer l’achat du produit."

Et selon Giraud (2002) il résume l’expérience d’achat impulsif en trois étapes (l'étape 1 n'étant pas systématique précise-t-il).

  1. "L’état d’âme impulsif : Le fait de ressentir des urgences d’achats lors de la confrontation du produit présente un état d’esprit appelé « état d’âme impulsif ». Cet état crée pour le consommateur une disponibilité émotionnelle de réaliser des achats impulsifs dans la présence de stimulus.

  2. L'impulsion : Agir de manière impulsive peut être décrit com